Navigation principale


Bienvenu(e), invité(e)
Utilisateur:

Mot de passe:


Se souvenir

[ ]
[ ]
[ ]
 Membres vus aujourd´hui: 5
Actuellement connecté
 Membres: (0)
 Invité(e)s: (32)


Forums
<< Sujet précédent | Sujet suivant >>   
Histoire WOW - Frostmourne : histoire de l'arme d'Arthas

Auteur Message
Temax
31 août 2010, 12:34
Membre enregistré #469
Inscrit(e) le: 18 septembre 2009, 14:04
Messages: 1230

Les papys en sont à taper le vilain pas beau... Je suis sûr que vous avez eu plusieurs fois l'occasion de voir son épée de prêt.

 

Mais si ! Rappelez vous : c'est comme Lady Di avec son pilier de pont, c'est le dernier truc qui vous est passé par la tête

 

Voici donc l'histoire de l'épée en question :

 

Introduction

 

Arthas réveille Sindragosa
Dans les corridors gelés de la citadelle d’Icecrown, la voix mourante d’un intrépide aventurier solitaire résonnait sur les murs de saronite de la forteresse du Fléau en une complainte gémissante :

- « Lé ouh lépé majike d’artasse plz ? »

Figé dans une posture grotesque, le fier et brave Kevin, 14 ans, était venu en quête de la légendaire arme maléfique et corruptrice du Roi Liche, dans l’espoir de se la flamber auprès de ses potes. Malheureusement pour lui, de trop longues vacances lui firent rater le fait qu’Arthas avait depuis longtemps passé l’arme à gauche, et que son épée avait été brisé par Tirion Fordring.

- « Ha bon mé cé tro abuzay !!! Jeu çui veunnu pour ri-1 alaur ? »

Il semble que oui petit Scarabée. Car, pendant que tu te les gèles à force de t’être perdu dans l’ancienne place forte du Fléau, d’autres ont fait le ménage avant toi.

- « komman jeu suie tro des gouters : ( jeu la needé tro an + lépé du boss »

Alors tu pourras partir l’esprit serein gamin, car elle n’était pas lootable. Mais laisse-moi donc te conter son histoire afin que tu meures moins débile. Laisse-moi te narrer l’histoire de cette arme et de son porteur, celle qui a fait que tous tremblaient, lorsqu’ils entendaient la voix sépulcrale du Prince déchu de Lordaeron annoncer : « Frostmourne est affamée ».

 

1 – Dans les glaces de Northrend

 

Lorsque le plus célèbre des blondinets décoloré brandit pour la première fois la lame runique de Deuillegivre, ce n’était pas pour en appeler au pouvoir du crâne ancestral, comme Musclor,  son colocataire de chambrée à la Prince Academy. Ce que voulait le Prince Arthas, paladin de la Main d’argent, c’était sauver son pays, le Royaume de Lordaeron, qui était attaqué par la peste morte-vivante, de ce qui allait bientôt s’appeler le Fléau. Cependant, au-delà des apparences, le Fléau mort-vivant, et même l’attaque de la principale puissance humaine, n’étaient toutes les deux que des étapes, vers un projet plus global. La Légion ardente qui avait déjà envahit par deux fois le monde d’Azeroth, remettait le couvert pour un tour de plus, et cette fois elle n’allait pas intervenir frontalement dès le début. Le plan mis en œuvre par Kil’Jaeden le Trompeur, était d’affaiblir les Royaumes de l’Est pour permettre la venue en ce monde d’Archimonde le Profanateur, le bras droit de Sargeras, qui devrait foncer vers Kalimdor une fois un peu de ménage effectué. Lorsqu’il arriverait là-bas, il détruirait l’Arbre-Monde des Elfes de la Nuit, ouvrant ainsi le chemin à une inéluctable chute de ce monde dans l’escarcelle des démons.

Kil'JaedenL’avènement du Roi Liche, de Frostmourne et la corruption d’Arthas ne furent que des jalons sur ce plan d’ensemble. La création du Roi Liche fut l’œuvre de Kil’jaeden, qui emprisonna l’esprit de l’ancien chaman orc Ner’Zhul dans une armure et une épée qu’il scella dans un bloc de glace magique qu’il fit s’écraser en Northrend, au sommet de la Couronne de glace. Dans le cadre d’une suite d’évènements qu’il prévoyait pour s’échapper,  l’ancien chaman orc emprisonné détacha un morceau de ce bloc gelé, celui où se trouvait Deuillegivre, la lame runique maudite forgée par les Nathrezims. Ces démons là, plus connus sous le nom de Seigneurs de l’Effroi, furent ceux qui, dans le background original, étaient tellement malfaisants qu’ils rendirent Sargeras fou et le changèrent ainsi en Titan noir destructeur de monde. Non pas qu’ils purent le vaincre, au contraire, mais face à un mal si pur, Sargeras, alors Champion du Panthéon, douta de toutes ses certitudes et de sa mission. Ce sont ces êtres là qui créèrent Frostmourne. Et ils firent du bel ouvrage, puisque les morts et les destructions à l’actif de cette arme, ont de quoi faire pâlir plus d’un prétendant au poste de Super Vilain.

 

2 – Le Prince et son épée

 

Prince ArthasAvant de devenir le Roi Liche, Arthas n’était qu’un Prince trop émotif, manipulé de part en part, qui finit par arriver dans la caverne où reposait la lame démoniaque. Malgré les mises en garde de Muradin Bronzebeard il s’accapara l’épée, « quel qu’en soit le prix », sachant sciemment qu’il y laisserait son âme balafrée. Et depuis lors, une voix ne cessa de murmurer dans sa tête, la voix de Ner’Zhul, le Roi Liche qui submergea l’esprit du jeune humain avec ses pensées. Ces paroles incessantes en firent, non pas un fou, mais le serviteur le plus zélé du Fléau. Sur la route qui devait le mener jusqu’à la bataille contre Illidan en Norfendre et sa fusion avec le Roi Liche, Arthas pris de nombreuses âmes avec Deuillegivre, dont celle de son propre Père le Roi Terenas II, mais aussi celle de la forestière haute-elfe Sylvanas Windrunner qui en gardera à jamais une dent contre lui. Armé de cette épée il tua des centaines d’innocents et fit chuter le royaume séculaire de Lordaeron et celui millénaire de Quel’Thalas.

Cette épée avait sa propre volonté, bien qu’agissant en symbiose avec Arthas, elle était bien plus qu’une simple extension du Prince, à eux deux ils formaient un duo redoutable. Si le Roi Liche était un loup, Deuillegivre en aurait été les crocs. Et c’est avec cette épée qu’Arthas délivra Ner’Zhul de sa prison de glace, libérant ainsi le casque de contrôle du Fléau, dont il se couronna pour ne faire qu’un avec son infortuné maître.

Arthas sommeil

Pendant les années qui suivirent les évènements de Frozen Throne, jusqu’à la cinématique d’introduction de WOTLK, le Roi Liche se reposa et se régénéra, tandis que le Fléau mort-vivant consolidait ses forces et fortifiait Icecrown. Au cours de ce « sommeil », Arthas en profita pour évincer Ner’Zhul de son esprit, et chasser toute l’humanité qui aurait pu rester afin de rester le seul maître à bord. Puis, au moment du réveil, c’est lui seul qui leva Frostmourne pour libérer Sindragosa la Reine du Givre, tout comme c’est lui seul qui échafauda le plan qui devrait le mener à sa perte et à la fin du Fléau.

3 – La lame brisée

 

Arthas reposPendant longtemps on a spéculé sur le fait de savoir ce que préparait Arthas, et pourquoi il se laissait envahir jusque sur le pas de sa porte sans rien tenter. À la différence d’un Ner’Zhul omniscient et prévoyant tout à l’avance, son successeur au poste de Roi Liche imprima une différence de style et de stratégie à faire frémir un joueur novice de Starcraft II. Pour résumer le plan d’Arthas, il laissa les héros se faire les dents sur le Fléau afin de devenir de plus en plus puissants. Puis, à la fin, Arthas n’aurait plus qu’à les cueillir comme des fruits : il les tuerait pour en faire les plus grands champions de son armée qui s’abattraient sur Azeroth toute entière.


Les exigences du gameplay et de la technique étant ce qu’elles sont, même si ce choix est discutable on peu somme toute estimer qu’il tient la route. Le résultat final est ce que l’on retrouve dans le combat qui oppose Tirion et son crew au Roi Liche. Au sommet de la citadelle, Arthas trônant sous un Bolvar très bondage, emprisonne le Généralissime de la Croisade d’argent dans un bloc de glace pour qu’il puisse voir son ennemi démonter un à un les champions que le paladin aura trouvé pour affronter le Fléau. Au cours de la bataille, l’esprit du Roi Terenas aidera les héros à combattre à l’intérieur même de Frostmourne pour affaiblir l’épée runique. Ceci permettra à Tirion Fordring, pareil à San Goku effectuant un Genki Dama 360° rotatif double piqué, de fracasser sa prison de glace afin de briser Frostmourne en morceaux avec Ashbringer, sa lame ennemie.

Frostmourne briséeArthas, désarmé, immobilisé, se retrouva à la merci des champions de la croisade d’argent et finira par tomber sous leurs coups. Puis, Bolvar Fordragon se sacrifia pour endosser la charge de Roi Liche et devenir ainsi le geôlier des morts : un nouveau Roi Liche au regard non plus bleu, mais orange, et surtout sans Frostmourne. Les éclats de Deuillegivre furent mis à l’abri par la Croisade, en lieu sûr, et depuis, le successeur d’Arthas semble dormir d’un sommeil similaire, emprisonné dans la glace, comme le Prince de Lordaeron des années avant lui…

- « Listouar seu raipaite on dit rez »

Elle bégaye oui, mais la lame maléfique et maudite n’est plus, et les âmes qu’elle avait dévorées sont à présent libres. Ashbringer existe toujours, et Shadowmourne, forgée par les chevaliers de la lame d’ébène est gorgée de la puissance des âmes du Fléau. Quant à Bolvar, a priori, il n’a pas d’arme légendaire en sa possession, ce qui clos ainsi l’histoire de Frostmourne.

Et dans les cris du vent de Northrend, s’élevant de la Citadelle de la Couronne de Glace, les pleurs de dépit d’un jeune et solitaire aventurier s’élevèrent dans le frisson morbide de l’hiver nordique :

- « lé où hache bringueure plz  !?! jeu la nide trau !!! »

Encore une fois, l’histoire se répétait.

 

Source : http://www.millenium.org/wow/lore/divers/l-histoire-de-l-epee-maudite-d-arthas-frostmourne-34512?page=2



[ Édité 06 septembre 2010, 10:43 ]
Retour en haut
Modérateurs:aihla, Minitonia, Nowwhat, Yøg, Dobromir, Agroma, Freijana, Yinløng, Espérãnce

Allez à:     Retour en haut


Fil d’informations pour ce sujet: RSS 0.92 Fil d’informations pour ce sujet: RSS 2.0 Fil d’informations pour ce sujet: RDF
.